Loi LME : le revers de la médaille

Elles sont de plus en plus désaffectées pour cause de coûts, de réglementations ardues, de droit de travail inadapté.Ensuite, son principal carburant ce sont les pays européens.Plus j’approfondis ce point, plus il m’apparaît que, si l’avenir est condamné à succéder au présent au lieu d’être donné à côté de lui, c’est qu’il n’est pas tout à fait déterminé au moment présent, et que, si le temps occupé par cette succession est autre chose qu’un nombre, s’il a, pour la conscience qui y est installée, une valeur et une réalité absolues, c’est qu’il s’y crée sans cesse, non pas sans doute dans tel ou tel système artificiellement isolé, comme un verre d’eau sucrée, mais dans le tout concret avec lequel ce système fait corps, de l’imprévisible et du nouveau.En achetant à nos entreprises clientes près de 13 millions de factures cette année encore, nous transformons ces factures en plus d’une trentaine de milliards de financements immédiatement disponibles – grâce auxquels ces entreprises peuvent investir tout de suite pour vendre dans trois mois.Une imposition trop forte du rendement du capital peut ruiner le capitalCar à la différence du travail, le rendement du capital s’inscrit dans le temps et une partie de l’enrichissement obtenu est fictif du fait de l’inflation.On nous parle du « mana » polynésien, dont l’analogue se retrouve ailleurs sous des noms divers : « wakanda » des Sioux, « orna » des Iroquois, « pantang » des Malais, etc.Une clause essentielle à introduire serait la maîtrise du contrôle de ces investissements par l’État grec.D’ailleurs, à l’issue d’une réunion qui s’est tenue, regroupant agriculteurs, industriels et distributeurs,on a salué « la ferme volonté de Jean-Thomas Trojani et sa détermination à faire appliquer la loi et sanctionner tous les abus ».Désormais vous ne me payerez que le léger tribut indispensable pour le maintien de l’ordre et la distribution de la justice.C’est encore le cas de l’innovantcentre fédéral de Hockey-sur-Glace qui s’érigera bientôt à Cergy-Pontoise.Mais en dépit d’un tel optimisme, un accord global similaire à celui du protocole de Kyoto est peu probable Investir plutôt dans la recherche et le développement.Et l’on peut d’ores et déjà citer une option qui ne sera guère discutée ces jours-ci : celle qui consisterait à investir plus massivement, mais à un moindre coût, dans la recherche et le développement de nouvelles énergies renouvelables, au lieu de continuer à déverser des sommes astronomiques sur des solutions qui se sont avérées inefficaces.

Share This: