« Aux Etats-Unis, il est redevenu normal de parler des inégalités »

L’habitude avait imprimé un élan.Pourquoi ne pas obliger aussi le citoyen qui ne consomme pas ce qu’il a acheté ?Le fil qui le relie à la vie réelle est bien fragile.La commission se défend de vouloir dicter leur politique aux pays.Ces deux derniers pays se rendent-ils seulement compte des distorsions majeures qu’ils induisent sciemment sur leurs économies en encourageant sans équivoque l’accès à la propriété, voire à la multi-propriété ?C’est plutôt que le geste saisi paraît plus franchement machinal quand on peut le rattacher à une opération simple, comme s’il était mécanique par destination.soyez net sur le net n’avait plus qu’à embrayer pour s’engouffrer dans la brèche.Il veut juste tirer les leçons des transformations en cours : « La crise a accentué les besoins des plus fragiles et les États ne pourront pas y subvenir, le privé doit s’en occuper.Mais ici s’ac­complit un coup de théâtre.L’éducation numérique joue un rôle clé.Elle explique un peu du charme, un peu des mœurs, un peu des choses et des hommes de ce pays, qui n’est pas tout latin.

Share This: