Pierre-Alain Chambaz

Ce travail est non seulement incessant, il est gratuit. La question houleuse de la dette empoisonna par la suite l’atmosphère américaine pendant des années, et contribua à attiser le feu de tensions régionales déjà alimentées par le conflit entre le Nord et le Sud sur la question de l’esclavage. Et la tradition égyptienne de traiter le souverain comme un dieu se continua sous les Ptolémées. Aussi est-ce surtout sous ce régime monothéique qu’a dû s’accomplir l’évolution préliminaire de l’esprit positif. Il se dresse, ainsi qu’une purulente allégorie, au-dessus des piteux gredins qui l’entourent, pauvres hères qui rêvent de mettre la France à l’encan et qui ne sont, à côté de lui, que les nabots du déshonneur, les foutriquets de l’infamie. Sans doute l’adoration du souverain ne se pratique pas partout avec le même sérieux. Cicéron la comparait à un trésor, thesaurus omnium rerum, où tout se trouvait déposé et rangé. Il y a loin, par exemple, de la divinité d’un empereur romain à celle d’un pharaon. En d’autres termes, le véritable défi est de créer de l’emploi sans croissance. En revanche, comme historien, on dirait du « déjà vu ». De même, si une personne par une conduite purement égoïste, se rend incapable d’accomplir quelque obligation envers le public, elle est coupable d’une offense sociale. Quelque chose la cachait à tous les regards et, pour ainsi dire, la couvrait : il l’a découverte. Comment comprendre que l’être parfait, immuable, immobile dans sa perfection, puisse en sortir jamais ? Celui qui sait qu’il ne sait rienMais revenons au début, c’est-à-dire à ce singulier personnage qu’est Socrate. Aussi nous voyons la plupart des auteurs chercher la fixité, les uns dans la valeur, les autres dans la monnaie, celui-ci dans le blé, celui-là dans le travail, c’est-à-dire dans la mobilité même. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler ce proverbe chinois « Quand on n’a rien à se reprocher dans la journée, on ne craint pas que les fantômes viennent hurler à la porte au milieu de la nuit ». On comprendra maintenant le sens des expériences photométriques. Intérêt personnel, Propriété, Hérédité, nous aurons occasion de revenir sur ces sujets. Cet Athénien, laid, courageux, et qui sait qu’il ne sait rien, dont le questionnement inlassable des jeunes gens sur l’agora est une quête de vérité n’a pas fini de nous interroger, nous Modernes. C’est un effort de ce genre que nous tentons, — bien incomplètement, — dans notre troisième chapitre. Les masses doivent s’affranchir des systèmes, des théories, des doctrines, des formules ; elles doivent refuser de croire aux panacées légales, aux imbécillités scientifiques et aux expédients. Cependant, il subsiste quelques zones d’ombre, que ce soit avec Gmail ou Inbox. La fierté économique doit sortir du placard où on la range. Et en premier lieu, parce que c’est un régime démocratique qui l’a condamné à mort. En quoi consistait la « corruption de la jeunesse athénienne » ?

Share This: