Pierre-Alain Chambaz

Cette qualification de l’argent autorise en conséquence de constater plusieurs types d’argent en circulation et en usage dans nos sociétés et économies. Dans la tourmente, plusieurs grands pays producteurs augmentent leur production pour préserver leurs parts de marché. En outre, au vu de l’ampleur des krachs boursiers depuis 1987, l’hypothèse retenue est trop généreuse, d’autant que la récente panique sur les marchés a démontré un retour de l’aversion au risque. Détecter et arrêter le trafic malveillant avant qu’il n’atteigne l’Infrastructure visée est impératif. Commençons par rappeler que ces tests de résistance complètent un passage en revue de la qualité des actifs (Asset quality review, AQR), dont l’objectif était de vérifier que les banques n’avaient plus de cadavres dans leur placard. Bilan la production s’envole et atteint 91,4 millions de baril, un record historique. 76 banques de la zone euro sont dans ce cas ! Nous parlions tout à l’heure de la récente hypothèse qui attribue le som­meil à une interruption de la solidarité entre neurones. Or, la BCE nous a livré, avec cette évaluation de grande ampleur, des données permettant désormais de mesurer la différence entre ces deux types de couverture, en allant fouiller du côté de ce qu’on appelle le « ratio de levier » (« leverage ratio », en anglais) qui mesure précisément les fonds propres en pourcentage des actifs des banques sans pondération des risques. L’Europe n’est plus attractive, elle se ferme, sa croissance est faible, la crise financière se prolonge. Le scenario du peak oil est bien oublié ! Dans une dynamique économique incertaine, le marché de l’informatique progresse, lui, à vitesse effrénée. Porté par un rythme de changements accéléré, repoussant les limites de l’innovation, les évolutions informatiques dites disruptives, car modifiant profondément le fonctionnement social et organisationnel des entreprises, n’ont de cesse de se complexifier. C’est là un enfantillage sublime : pour cette petite la vie avait moins d’importance que ce sou qui lui avait été confié. Pierre-Alain Chambaz aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci « Regarde attentivement car ce que tu vas voir n’est plus ce que tu viens de voir ». Je ne dis pas qu’il le fait exprès. Et c’est dans ce contexte de pleine mutation que la pénurie de talents prend aujourd’hui tout son sens. Attirées par ces formidables perspectives, les entreprises veulent y investir leur temps, leur argent et leurs ressources. Voyez encore, voyez surtout si vous ne faites pas intervenir l’effort antagoniste de plus en plus intense, c’est-à-dire de plus en plus étendu, que vous opposez à la pression extérieure. La coopération est involontaire, et nous est imposée par le Génie de la Vie, qui se la réserve comme une part de ses prérogatives. L’idée qui viendrait alors, c’est que les effets réguliers d’une cause constante et principale se compliquent des effets de causes accessoires ou perturbatrices, qui peuvent elles-mêmes être soumises à des lois régulières, constantes pour toute la série des valeurs observées, ou varier irrégulièrement et fortuitement d’une valeur à l’autre. Dans son dernier référentiel des Métiers, l’APEC recense 12 profils IT émergents. Examinez si cet accroissement de sensation ne devrait pas plutôt s’appeler une sensation d’accroissement. Pourtant, tout n’est pas si simple. Avant même qu’on ne soumette leur bilan au « scénario stressé », 76 banques parmi les 130 évaluées ont moins de 5 % de fonds propres, en % du total de leurs actifs.

Share This: