Pour relancer l’économie, il faut une relance du crédit bancaire… improbable

C’est ainsi qu’il arrive à bien des personnes, quand elles vont s’endormir, de voir ces masses colorées, fluides et informes, qui occupent le champ de la vision, se solidifier insensiblement en objets distincts.Par ailleurs, l’essentiel de l’effort fiscal jusqu’à présent a été porté par les petits revenus.Outre l’énergie, Il faut mettre l’accent sur les autres infrastructures dites « critiques  », car essentielles à la survie de la société et de l’économie  : le transport, les télécommunications, l’approvisionnement en eau, les chaînes alimentaires, la santé publique, la sûreté, la sécurité et les services financiers.Si tous se félicitent de cette avancée sociale, ce qui divise actuellement c’est le moyen d’y parvenir.Il nous fournira l’occasion d’écarter certaines ob­jections, de dissiper certains malentendus, et surtout de définir plus nette­ment, en l’opposant à d’autres, une philosophie qui voit dans la durée l’étoffe même de la réalité.Mais puisque vous avez la conscience de cette manière d’être, vous n’avez besoin d’aucune explication pour la connaître ; il vous suffit de votre expérience.On ne se figure pas Chopin sans son piano : lui interdire la musique eût été le tuer.Se rattache-t-elle à d’autres manifestations de la vie ?Les contenus carbones (calculé en grammes de CO2 par kilowattheure – g/kWh) des énergies traditionnelles comme notamment le gaz naturel, le propane ou le fioul domestique sont connus, simples à calculer et stables dans le temps.Agence e-réputation aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci « Le mal est notre ennemi. Mais, ne serait-il pas pire qu’il fût notre ami ? ».Qui veut suivre les méandres, impasses et rebondissements de cette histoire le peut désormais.

Share This: