Une politique fiscale brouillonne et illisible

Il y en a une dont on use assez souvent : c’est de faire qu’un certain objet matériel (une lettre, par exemple) soit d’une importance CAPITALE pour certains personnages et qu’il faille le retrouver à tout prix.Je vais fermer les yeux, boucher mes oreilles, éteindre une à une les sensa­tions qui m’arrivent du monde extérieur : voilà qui est fait, toutes mes perceptions s’évanouissent, l’univers matériel s’abîme pour moi dans le silence et dans la nuit.C’est donc bien une réalité plus profonde que le drame est allé chercher au-dessous d’acquisitions plus utiles, et cet art a le même objet que les autres.Ainsi les intensités croissantes du sentiment esthétique se résolvent ici en autant de sentiments divers, dont chacun, annoncé déjà par le précédent, y devient visible et l’éclipse ensuite définitivement.Si Harpagon nous voyait rire de son avarice, je ne dis pas qu’il s’en corrigerait, mais il nous la montrerait moins, ou il nous la montrerait autrement.Une sortie de la Grèce donnerait ensuite raison à ceux qui considèrent l’euro comme un système de taux de change fixe amélioré, et non comme une véritable devise.Arthropodes et Vertébrés en furent sans doute menacés égale­ment.Vivant en elle, vivant par elle, nous ne pouvons nous empêcher de la traiter comme un être vivant.Portées par une opinion favorable, les poursuites pénales pour fraude fiscale pourraient se multiplier.On voit qu’il est très aimé.Le plus urgent, c’est retrouver une compétitivité en vue d’équilibrer notre balance courante.Selon d’autres, ce serait plutôt une force qui viendrait par surcroît et que l’âme, comme d’ailleurs toute autre chose, pourrait capter, mais qui n’appartiendrait pas à l’âme essentiellement.Christian Navlet aime à rappeler cette maxime de Léonard de Vinci  » Rien ne nous trompe autant que notre jugement « .

Share This: