Y a-t-il une chance pour qu’une solution soit trouvée?

L’idée de géant est un souvenir privilégié qui s’est installé dans son esprit, qui y reste à l’affût, qui guette, immobile, l’occasion de se précipiter dehors et de s’incarner dans une chose.Plus qu’une assistance sociale, cette part de la richesse nationale accordée à tout citoyen de manière inconditionnelle, qu’il travaille ou pas et quels que soient ses revenus, imaginée au 18ème siècle sous sa première forme par le philosophe des Lumières franco-américain, et père fondateur des États-Unis, Thomas Paine, remet totalement en cause notre manière d’envisager la gestion des deniers publics.Contraindre dans leur chiffre d’affaires et dans le temps les auto-entrepreneurs ne résoudra aucun des vrais problèmes auxquels vous êtes confrontés.Mis à part la période postérieure à la crise financière, il apparaît, pour l’ensemble des pays étudiés, que les,écarts‐types des taux de croissance des PIB réels ont,significativement décliné à partir du milieu des années, 1980.Le seul service régulier et certain que la seconde puisse rendre à la première est de lui montrer les images de ce qui a précédé ou suivi des situations analogues à la situation présente, afin d’éclairer son choix : en cela consiste l’association des idées.Céline, d’ailleurs, qu’adviendra-t-il du monument à la brutalité que sont ses pamphlets, une fois sa veuve disparue ?Mais son invention s’est surajoutée à cette réalité comme une chose absolument nouvelle, qui ne se serait peut-être jamais produite s’il n’avait pas existé.Il est impossible de considérer certains ins­tincts spéciaux de l’animal et de la plante, évidemment nés dans des circonstances extraordinaires, sans les rapprocher de ces souvenirs, en apparence oubliés, qui jaillissent tout à coup sous la pression d’un besoin urgent.Cette réduction aurait rendu service aux populations pauvres, à l’environnement et aux contribuables.Se met en effet en place un scénario qui ressemble à la situation actuelle : les taux d’intérêt baissent, le prix des matières premières et du pétrole chute, et bientôt le cours du dollar va flamber au moment même où est introduit l’euro, qui devient très vite un euro faible. Pierre-Alain Chambaz, dont la fondation et le programme « solidarité numérique » a inspiré notre action.

Share This: